Mes essais de lombricompost en panier fait maison

par | Juin 4, 2021 | Matériel

Il y a quelques semaines, j’invitai les lecteurs volontaires à nous proposer leur article. Voici le premier dans lequel Emmanuelle vous parle de ses “lombricompost maison”.

Emmanuelle a déjà fortement participé à Plus 2 Vers. En tant que correctrice professionnelle, et en plus d’être une fidèle donatrice, Emmanuelle a investi beaucoup de son temps pour corriger chaque page et article du site.

Emmanuelle vous propose cet article relatant ses différents essais et les évolutions de lombricomposteurs “fait maison”.
Au fil des années, Emmanuelle a construit et amélioré son système de lombricompostage.
Je vous laisse découvrir ses différentes constructions de lombricomposteurs (aussi appelé “lombricomposts” en Suisse).

Petite présentation

La valorisation des déchets verts me tient à cœur, pour produire du compost, nourrir mes plantes et respecter l’environnement. J’ai longtemps composté dans un jardin, et je me suis intéressée au lombricompost tout naturellement, car j’habite maintenant en appartement. Cela fait environ 5 ans que j’ai commencé à lombricomposter. Au début, j’ai tenté le lombrisac en polyester. Puis j’ai adopté le lombricompostage en panier plastique, un hybride entre le lombrisac et le lombricompost à étages.

Note : je parle de “lombricompost”, car on parle de compost de jardin en Suisse, et j’ai réemployé cet usage simple et court. Je ne peux toutefois pas affirmer que cela s’est généralisé, ne connaissant que peu de propriétaires de lombricompost.

Mon premier lombricompost maison : le sac à vers

Après m’être renseignée sur les types de lombricompostage possibles (plastique, sac, terre cuite, bois…), j’ai fait mon choix sur celui qui me paraissait le plus réaliste et le plus pratique, pour un petit appartement. Je voulais aussi éviter d’acheter un lombricompost en plastique, pour des questions environnementales. J’ai sélectionné le tutoriel du lombricompostage en sac en entonnoir, par Amy Youngs, sur Instructables.

Amy M. Youngs a aussi créé une “machine pour vivre interdépendamment”, ainsi qu’une “table digestive

Grâce à un don de vers, j’ai démarré mon lombrisac. Au bout de quelques mois, ma population de vers s’est éteinte (avec fortes odeurs). Le problème principal : ils manquaient d’humidité. Ce n’est pas un système idéal pour commencer le lombricompostage, car on ne peut pas bien observer le processus.

lombrisac DIY

Deuxième lombricompost : deux paniers en plastique l’un dans l’autre

Note : mon “panier” est un grand bac en plastique, d’une contenance d’environ 50 litres. Muni de deux anses sur les bords supérieurs, on peut le déplacer facilement, en utilisant une seule main.

Parfait pour faire ses achats ou déplacer des objets volumineux.

panier pour lombricompost maison

Suite à ce premier échec, j’ai recommencé un lombricompost dans de meilleures conditions, en faisant attention à l’humidité. Avec le premier modèle, j’ai eu bien trop d’humidité et le panier se remplissait de lombrithé.

Après de nombreux essais et des lectures sur internet, j’ai utilisé la technique des abris pour les vers (plusieurs épaisseurs de cartons sur les bords du panier, de haut en bas), comme une seconde paroi intérieure, pour ventiler le lombricompost et offrir un abri aux vers.
Je couvre de 10 cm de carton déchiré (je le laisse s’humidifier dans le lombricompost puis, je le déchire à la main, sans efforts).
Et je protège encore le tout avec mon sac à vers en polyester, en guise de tapis d’humidité. Je précise encore que j’enterre tous les déchets sous 10 cm de terre, afin d’éviter l’apparition de moucherons.

Cette fois, cela a beaucoup mieux fonctionné. Le premier panier s’est rapidement rempli de cartons et de déchets verts. Le lombricompostage était efficace et productif. Les vers se reproduisaient bien. Tout allait bien, à part le fait de devoir transvaser du lombricompost d’un panier à l’autre, pour laisser le compost frais mûrir.

Troisième lombricompost : un panier plastique à étage unique

En réfléchissant à mon expérience et à ce qui semblait le plus efficace, j’ai choisi de faire un lombricompost à étage unique, comme pour le lombrisac.
Je n’ai donc gardé qu’un grand panier et je laisse le compost mûrir au fond du bac, sans y toucher. Les vers s’y trouvent bien, c’est l’endroit qu’ils préfèrent, vivre dans un compost mûr et bien humide, au fond du bac, contre les parois.

lombrisac en panier

Mon lombricompost maison en panier. Il est rempli de compost, déchets verts et cartons en morceaux. Pour le protéger, je le recouvre du tissu cousu pour mon ancien lombrisac.

Cette technique est enfin au point et je le vérifie avec les 5 paramètres à respecter pour un écosystème bénéfique aux vers : bonne humidité, bonne quantité de nourriture, obscurité, calme, température optimale. L’humidité est bien régulée, grâce aux morceaux de carton qui vont jusqu’au fond du panier, la nourriture est rapidement mangée, l’obscurité est assurée.

Quand le panier est plein, je prélève du compost mûr en allant chercher des poignées de terre, tout au fond du panier. Je fais de même lors des dons de vers, que je limite à 4 par an, pour laisser le temps aux vers de se reproduire tranquillement. Et le cycle se poursuit harmonieusement.

Mon lombricompost vu de dessus :
Notez que j’ai découvert mon lombricompost pour la photo. Normalement, il est entièrement recouvert du tissu bleu.

panier lombrisac dessus carton
panier lombrisac dessus carton

Pour conclure sur les expériences de lombricomposteurs d’Emmanuelle

Emmanuelle a réussi à adapter son lombricomposteur à ses besoins et sa pratique.
Elle sait maintenant bien gérer l’humidité et l’aération de son système grâce aux morceaux de carton. Et ça fonctionne bien et c’est tout ce qui compte !

Remerciements

Un grand merci à Emmanuelle de nous avoir relaté son expérience dans cet article. Je tiens aussi à remercier Valériane, Danièle, Fabienne, Christiane et Hélène, Julie et Marc qui ont contribué à la relecture et à l’amélioration de l’article avant sa publication.
Vous souhaitez rejoindre la communauté des relecteurs ? Remplissez simplement ce formulaire.

Et vous quelles sont vos astuces et/ou solutions ? N’hésitez pas à contribuer en laissant un commentaire !

A propos de l’autrice

Emmanuelle de Dardel

Emmanuelle de Dardel

Correctrice, rédactrice et copywriter

Ecologiste depuis fort longtemps, je m’amuse à inventer et mettre en pratique toutes sortes d’idées pour éviter de surconsommer. Par exemple, j’achète des habits de seconde main, privilégie la marche à pied, fait mon pain au levain, mes graines germées, mes yaourts et recycle tout ce qui me tombe sous la main. Je crée aussi des paniers biodégradables en ficelle de jute, ainsi que des tawashis et tapis en vieux t-shirts, pour égayer ma cuisine.

Professionnellement, je suis correctrice, rédactrice et copywriter. Je mets en valeur les textes de mes clients, pour les aider à clarifier leurs propos et trouver le succès. Il m’arrive aussi de corriger et reformuler des textes de sites internet, des livres et des mémoires de fin d’études.

https://plumebis.ch

Et si comme Emmanuelle vous souhaitez nous proposer votre article,
cliquez ici et remplissez le formulaire.

Abonnez-vous!

Ne ratez pas les bons conseils et découvrez tout ce que Plus 2 Vers peut vous apporter !

2 Commentaires

  1. Isabelle

    Super, cela fait un moment que je voulais me lancer dans l’aventure du lombricompostage, je cherchais à faire des étages et un bon endroit ou poser ça mais cette méthode avec juste un panier est vraiment très bien ! C’est beaucoup plus pratique le fait que ce soit plus petit. Maintenant il faut juste que je cherche où me procurer des vers je pense.

    Réponse
    • Emmanuelle Eisenia

      Ravie que cela soit une bonne solution pour vous. Redites-nous :-).

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Shares

Partagez l’article !