Le recyclage des biodéchets en entreprise

par | Oct 14, 2021 | Articles des utilisateurs

Laissez moi d’abord vous présenter l’histoire de ce nouvel article de la série “Articles des utilisateurs” :

Une personne de la société Jooble recherchait des actions bénévoles pour les collaborateurs de l’entreprise. Elle s’est intéressée au lombricompostage et elle est tombée sur notre article invitant les lecteurs à proposer leur article.
Après quelques échanges par mail et visio (la société Jooble est basée à Kiev), l’un de ses collaborateurs nous a proposé un article sur la gestion des bio-déchets en entreprise.
En plus d’apporter du contenu à Plus 2 Vers, Jooble nous apporte de la visibilité par l’insertion d’une publicité pour Plus 2 Vers sur leur site internet. Nous pouvons ainsi nous “faire connaître” d’un public que nous ne pourrions pas atteindre via nos propres réseaux, et c’est très important pour pouvoir démocratiser la pratique du lombricompostage.

Je vous laisse maintenant lire l’article qui pose la problématique de la gestion des biodéchets en entreprise.

Dans un contexte plein d’incertitudes face à la hausse globale de la température et des changements climatiques, comment les entreprises doivent-elles se positionner pour lutter efficacement ? Entre transition écologique progressive, décisions gouvernementales et solutions possibles en 2021, nous vous disons tout ce qu’il est possible de faire concernant le traitement des biodéchets.

La situation actuelle

Pour comprendre le contexte, les décharges de biodéchets sont à l’origine d’émissions de gaz à effet de serre (GES) dont le regroupement et le tassement provoquent des fermentations dans un lieu clos sans oxygène. Ce gaz appelé méthane, s’il est libéré, peut contribuer au réchauffement climatique avec une capacité de réchauffement global supérieur au CO2 de 25 fois. Parmi les différentes méthodes d’élimination de ces biodéchets, celle de la combustion génère également du CO2 rejeté dans l’atmosphère malgré les filtres à particules des centrales de traitement. Si la problématique de pollution ne concernait que les biodéchets, les solutions seraient faciles à mettre en place. Le problème étant que beaucoup d’acteurs ne trient pas efficacement [et de manière séparée] les biodéchets des déchets multiples.

D’après l’entreprise EasyRecyclage, plus de 2,4 millions de tonnes de déchets furent produits en 2018 par les activités de bureau en France. Cela concerne en majorité les emballages (papier, capsules de café, canettes, gobelets…), mais cela inclue également les biodéchets. Avec une augmentation de 900 000 tonnes de déchets supplémentaires chaque année, le tri séparé s’installe peu à peu. En moyenne, chaque collaborateur d’une entreprise française produit environ 130 kilos de déchets par an, d’où la nécessité urgente de traiter ce problème. Depuis 2016 avec la loi de transition énergétique, chaque entreprise doit être en mesure de mettre en place un tri et une collecte séparée des déchets émis ou détenus (Décret exigeant un tri basé sur 5 éléments : plastique, verre, papier, bois et métal).

Mais pour en revenir aux biodéchets, les collectivités et les entreprises tentent encore à l’heure actuelle de trouver des solutions et de les démocratiser pour convertir les biodéchets en ressource énergétique exploitable.

En France, nous nous dirigeons lentement vers une valorisation de la méthode de compostage, d’épandage ou de méthanisation qui permettent de créer une sorte de « cycle vert » de transformation des matières organiques. Ce qui veut dire que ces procédés peuvent permettre de régler des problèmes agricoles comme l’augmentation des rendements du travail des sols.

Pour contextualiser, le compostage de biodéchets pourrait permettre la production d’engrais organiques en tant que substitut aux engrais de synthèse qui coûtent cher à la production, avec des matières premières minières inaccessibles en France dont le phosphore et le potasse. La méthanisation permet de créer du biocarburant et permettre à certaines petites infrastructures de devenir énergétiquement indépendantes.

A la suite de plusieurs décisions gouvernementales, en 2012, plusieurs mesures obligatoires ont été prises pour obliger chaque entreprise, collectivité ou personne produisant/détenant des quantités importantes de biodéchets de faire des tris réguliers et séparés. Avant 2016, le tri était obligatoire au-delà de 120 tonnes de biodéchets par an et pour plus de 1 500 litres d’huiles alimentaires usagées. Les principaux acteurs concernés étaient les infrastructures gérant des espaces verts, les cantines, les réfectoires, les restaurants et les marchés. (Source : écologie gouv). En 2016, nous sommes passés à un seuil de 10 tonnes de biodéchets et 60 litres pour les huiles. Pour 2025, une généralisation du tri à la source est prévue pour tous les producteurs ou détenteurs de déchets. L’Etat demande déjà aux collectivités territoriales de définir et de contrôler les solutions techniques de compostage de proximité, ainsi que la collecte séparée des biodéchets avec les autres déchets. Ces solutions de tris généralisés ne prévoient pas une aide de l’Etat concernant l’activité elle-même de collecte, de transport et de traitement des déchets.

C’est pourquoi la problématique actuelle en 2021 est la suivante, comment trier efficacement les déchets au sein même de l’entreprise, mais comment s’assurer également que les biodéchets vont bien être transportés pour être transformés ? Parmi les solutions actuellement favorisées par les entreprises, solliciter une entreprise spécialisée dans la collecte de déchets ainsi que la valorisation de méthodes de développement du « compostage partagé » sont deux solutions bon marché actuellement.

Mais concrètement, à quoi ressemble un circuit de recyclage de biodéchets ?

Les déchets organiques ou biodéchets regroupent tous les déchets qui sont issus de ressources naturelles d’origine végétale ou animale. Sont considérés également comme des biodéchets les déchets verts (jardins, espace verts) ainsi que les déchets en cellulose (mouchoirs, essuie-tout). Tous ces éléments sont transformés en ressources avec le compostage (compost), la méthanisation (biogaz) ou encore le lombricompostage (digestat).

Voici un schéma pour comprendre un des circuits possibles de transformation des biodéchets.

Les solutions concrètes pour les entreprises

Il est possible depuis plusieurs années d’éviter le gaspillage en valorisant un tri efficace au sein même des locaux de l’entreprise afin de raccourcir encore plus l’acheminement et la transformation des biodéchets. Le principal problème reste le gaspillage alimentaire, les restes de repas et également les déchets de jardins et parcs pour certaines entreprises. Il faut savoir qu’à l’heure actuelle, les déchets organiques représentent au moins 1/3 des ordures ménagères des ménages. En ce qui concerne les entreprises, la proportion est inférieure mais reste très présente. Beaucoup des biodéchets ne sont pas triés et finissent à l’incinérateur avec d’autres catégories de déchets.

La meilleure stratégie pour une bonne gestion et prise en compte des biodéchets implique un investissement permanent pour habituer les différentes mentalités à des gestes de prévention afin de réduire la difficulté des centres de traitement des déchets et ainsi valoriser une certaine hiérarchie de traitement des déchets par le personnel en entreprise.

Comme mentionné précédemment, les biodéchets non réduits ou non consommés peuvent être :

  • Prélevés par une collecte séparée effectuée par une entreprise spécialisée
  • Stockés dans le cadre du développement d’un compostage de proximité (chalet de compostage, composteur individuel qui se base sur la digestion de déchets alimentaires par des lombrics…)
  • Stockés et acheminés vers des unités de traitement biologiques centralisées (frais de gestion et de transport à la charge de l’entreprise) qui opèrent dans la transformation des biodéchets en biogaz par exemple (méthanisation)
  • Stockés en se mettant d’accord avec des collectivités ou des entreprises environnantes pour créer une zone de collecte commune par quartier, par résidence ou par secteur défini avec la mairie de la ville.

Le tri à la source

En ce qui concerne le tri des biodéchets dans les bureaux, il existe plusieurs méthodes qui permettent un tri efficace. Vous pouvez mettre à chaque étage des bacs de tri avec des inscriptions ou des images explicites montrant quelle catégorie de déchets peuvent être entreposés. Il est vrai que pour les biodéchets, vous verrez rarement des emplacements dédiés à chaque étage d’un bâtiment contenant des bureaux. Ce genre de déchets sont stockés à proximité des cantines et réfectoires ou rarement parfois dans les salles de pause du rez-de-chaussée.

Le compostage de proximité

Le fait de gérer à proximité un centre de compostage pour un quartier, une résidence ou une zone délimitée, cela permet de limiter la facture de gestion des biodéchets mais aussi les efforts des services publics sur le transport et le traitement en lui-même. L’intérêt d’une gestion de proximité est de créer une ressource. Le processus de compostage réduit par trois le volume de biodéchets de manière générale.

La méthanisation

Autre méthode, la méthanisation permet de valoriser les déchets organiques comme des déchets utiles pour une consommation énergétique plus propre. La création d’unités de production à travers la France permet jusqu’à maintenant de traiter entre 50 à 2 000 tonnes de biodéchets par an selon leur emplacement dans les régions et les quantités triées par catégories dans les différents centres de tri.

Le lombricompostage

L’installation d’un lombricomposteur au sein d’un bureau, à proximité de « l’espace cafétéria » apporte une solution de recyclage des bio-déchets en intérieur. De plus, c’est un excellent support de sensibilisation. Il faut évidement prévoir de l’affichage sur ce que l’on peut y mettre ou pas. Aussi, l’équipe pourra utiliser le lombricompost récolté régulièrement pour des culture en entreprise ou pour leur propre plantes.

Les lombricomposteurs trouvent maintenant leur place dans tous les intérieurs. Ils sont propres, sans odeur et existent dans des formes et des matières différentes.

Par contre, il faut veiller à réaliser des apports réguliers de bio-déchets frais. En effet, un bureau n’est pas un lieu de préparation de repas. Les restes de repas, les épluchures et restes de fruits seront au menu des vers, tout comme le marc de café et les sachets de thé. Le carton est souvent remplacé par des feuilles de papier passées au destructeur.

Les températures dans les bureaux sont idéales pour le bien être du lombricomposteur.

Il faut tout de même prévoir une « formation » des usagers pour expliquer le fonctionnement et la vie d’un lombricomposteur.

Les actes de tri offrent des avantages à l’échelle régionale favorisant la création d’énergies renouvelables en produisant de l’énergie locale ainsi que la préservation de l’écosystème naturel régional. Cela améliore également la valeur agronomique des sols en azote et en phosphore, cela permet de rendre certaines infrastructures indépendantes sur le plan énergétique. Cela permet également de répondre aux enjeux sur le plan de la qualité de l’air et de la réduction de gaz à effet de serre.

Plusieurs méthodes existent actuellement pour traiter les biodéchets dans leur ensemble. Les mesures gouvernementales devraient permettre à la France d’avancer petit à petit vers une transition écologique. Nombreuses sont les associations qui dénoncent une faible avancée de cette transition chez les ménages et les entreprises, c’est pourquoi il est important d’œuvrer avec des moyens proportionnels à chaque entreprise pour contribuer à cet effort commun pour le bien être de la planète et de tous.

Remerciements

Un grand merci aux relecteurs pour la correction de l’article avant sa publication.
Vous souhaitez rejoindre la communauté des relecteurs ? Remplissez simplement ce formulaire.

Et vous quelles sont vos astuces et/ou solutions ? N’hésitez pas à contribuer en laissant un commentaire !

Cet article a été rédigé » par un collaborateur de chez Jooble

Jooble

Jooble

Nous souhaitons vous faire part d’une annonce complémentaire à cet article. Si en tant qu’entreprise vous rechercher à recruter des jeunes talents où des profils spécialisés, vous pouvez consulter Jooble.

Jooble est une plateforme de recrutement qui permet de trouver le profil adéquat à vos besoins actuels et futurs. Au quotidien, vous pouvez retrouver des profils pertinents et mettre en ligne facilement des annonces. Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer ici.

https://fr.jooble.org/

Et si comme Emmanuelle, Olivier, Catherine… vous souhaitez nous proposer votre article,
cliquez ici et remplissez le formulaire.

Abonnez-vous!

Ne ratez pas les bons conseils et découvrez tout ce que Plus 2 Vers peut vous apporter !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Shares

Partagez l’article !