Prélever ou capturer des vers

Prélever des vers dans un lombricomposteur :

Pour faire un don de vers, il faudra évidemment prélever des vers dans votre lombricomposteur.

Vous pouvez en prélever une bonne quantité, mais il faudra ensuite laisser le temps aux vers de se reproduire pour refaire leur population, avant de pouvoir en prélever à nouveau (2 mois semblent suffire).

A la main :
Il suffit d’aller à la pêche aux vers directement à la main dans les différents bacs du lombricomposteur.
En retournant doucement des parties du compost, on a le temps de piocher des vers directement avec les doigts. Avec l’habitude, on devient de plus en plus efficace.

Cette méthode est ma préférée car on a le temps d’observer.

Méthode "lumineuse :

Les vers craignent la lumière. On peut donc utiliser cette caractéristique pour les séparer du compost.
Il faut d’abord placer l’un des bacs de votre lombricomposteur sur une bâche ou une feuille de journal sur le sol.
En constituant des petits dômes de compost, les vers vont s’enfouir dans la partie inférieure des dômes et passer sous le bac (par les trous). Il suffit alors de collecter les vers sur la bâche ou le papier journal.
Il ne faudra pas laisser trop longtemps le bac à la lumière du jour sinon les vers vont tous s’enfuir et il n’en restera plus beaucoup dans votre bac, mais si vous le faites au moment de la collecte du compost du dernier bac, cette méthode est très efficace.

Capturer des vers « sauvages » dans la nature :

Exemple de piège à vers par Dominique :

Etape 1 :
Prenez un seau ou un récipient quelconque de préférence étanche et assez grand.
Etape 2 :
Remplissez le d’épluchures ou de matières compostables, ajoutez éventuellement quelques bouts de cartons, tassez bien, imbibez d’eau au maximum.
Etape 3 :

Dans un endroit où vous savez qu’il y a des vers, par exemple sous bois, proximité d’un composteur extérieur, …
Retournez le seau d’un coup sec pour bien tasser les matières compostables.

Etape 4 :
Au bout d’une quinzaine de jours, soulevez rapidement le seau, capturez rapidement vos vers avant qu’ils ne s’échappent. Si il ne sont pas assez nombreux, prenez déja ceux là et retournez à nouveau le seau puis revenez dans une semaine ou deux.

Dans quel contenant donner les vers ?

Généralement, les vers que vous allez donner vont très vite trouver un nouveau logement. Le contenant ne servira donc qu’au transport. Il peut donc s’agir d’une boite, d’un sac plastique.

Il est important de donner en plus des vers et du compost issus des différents étages de votre lombricomposteur : vous donnerez ainsi tous les types d’organismes utiles qui pourront ensemencer un nouveau lombricomposteur.

Mon contenant préféré est l’enveloppe en papier journal (vous enveloppez les vers dans 2-3 couches de papier journal). Cela présente l’avantage de pouvoir être directement recyclé dans le nouveau lombricomposteur.

Si vous êtes donateur de vers, vous trouverez ces infos dans le « Guide du donateur » disponible depuis votre page de profil !

Laissez un commentaire ou posez une question… Nous sommes là pour échanger !

11 Commentaires

  1. Avatar

    DEPUIS MON ARRIVEE DANS MON NOUVEAU LOGIS ET JARDIN, LES VERS DE TERRE SEMBLENT AVOIR TOUS DISPARU. Pourquoi ???
    ALORS QU AU DEBUT, DES QUE JE CREUSAIS POUR PLANTER J’EN DENICHAIS PLEIN. DANS LES TROUS FAITS, j’ajoutais du compost et du fumier = ça ne leur plaît pas aux lombrics ???!

    Réponse
  2. Avatar

    Bonjour,
    Même parmi les cartons bruns, il semble que ceux qui emballent des produits importés soient obligatoirement imprégnés de substances diverses pour éviter le transfert de choses indésirables (vers, maladies, …) d’un continent à l’autre. Est-ce dangereux pour les vers ?
    Je cite mon expérience: Il y a 5 ans, j’ai protégé le sol avec des cartons avant de faire des travaux de peinture. Je n’ai rien remarqué, jusqu’au jour ou je me suis assis par terre pour jouer avec mon fils de 3 ans ? Il y avait au ras du sol une odeur forte et désagréable. Je me suis allongé pour être à hauteur de son nez (il marchait à 4 pattes) et me suis vite rendu compte que l’odeur était insupportable. J’ai du retirer immédiatement tous les cartons. Je me suis rendu au magasin ou je les avait récupéré. Ils m’ont répondu que c’était normal et obligatoire pour que les cartons puissent être embarqués sur les cargos en Asie… Et que son personnel était aussi gêné par l’odeur.
    A mon avis, les cartons Amazon et autres doivent aussi être soumis à cette réglementation « d’hygiène ».

    Réponse
    • David

      Bonjour,
      Tous les cartons bruns ne sont pas concernés, seulement ceux qui proviennent d’autres continent… Ce qui n’est pas le cas pour les cartons d’Amazon qui viennent principalement de France pour la France…
      Mais oui, ces cartons imprégnés sentent mauvais, et donc on arrive finalement à les reconaitre facilement (rien qu’à l’odeur).
      La plupart des cartons brun passent sans problème.
      Ceux imprégnés de produits toxiques sont évidemment à éviter.

  3. Avatar

    Bonjour je suis novice
    Et j’ai lu que l’on pouvait mettre de la litière à chat neuve et neutre n’ayant pas servir pour mettre dedans
    Est ce vrai ou pas ?

    Réponse
    • David

      Bonjour Dayes,
      Vous pensez à de la litière en gravillon ? Quel serait l’intérêt ? Pour réguler l’acidité, il faut de la poudre fine de carbonate de calcium. En théorie donc, si cette litière est composée de CaCO3 (sans rien d’autre) et réduite en poudre, ça aura le même effet que de la coquille d’oeuf broyée en poudre.

      J’ai peur que la litière ne contienne pas que cela et ne soit néfaste pour cet écosystème.

      De plus, autant garder la litière pour le chat…

      Et attention, la litière du chat et la litière des vers n’a rien à voir !!!!
      Ce qu’on appelle litière dans un lombricomposteur désigne tout simplement le milieu dans lequel vivent tous les organismes du lombricomposteur : c’est le mélange de déchets frais, en décomposition, de lombricompost, matière carbonée, … Il ne s’agit pas de la même litière que pour les chats…

  4. Avatar

    Bonjour à tous !
    Voilà j’ai réalisé mon lombricomposteur moi même et mon voisin a un bac à compost dans son jardin.
    Est ce que je peux lui prendre de la « terre » pleine de vers de son bac ou ce ne sont pas les mêmes espèces ?
    Merci de votre aide 🙂

    Réponse
    • David

      Bonjour Flarina,
      Vous pouvez en effet utiliser les vers du composteur de jardin (ce sont les mêmes espèces de vers de compost) et prélever aussi du compost (ce que vous appelez « terre » pleine de vers ») qui sera une excellente litière (car ils y vivent déjà) pour vos vers !
      Par contre, les cloportes, pinces oreilles, fournis… doivent être écartés. Ils ne sont pas forcément gênant, mais autant les éviter pour favoriser le développement des vers et autres organismes.

  5. Avatar

    Bonjour,
    Je voudrais partager un petit truc qui pourrait servir sur votre site : habitant dans le sud est de la France, les températures ont été très chaudes sur ma terrasse cet été néanmoins mes vers ont tenu le coup dans votre lombricomposteur en bois et malgré mon absence de 10 jours grâce à un pot en terre renversé, rempli d’eau et bouché pour éviter l’évaporation au milieu du compost. Un peu le principe des oyas. Du coup mon compost était bien sec à mon retour mais les vers avaient survécu tous agglutinés autour du pot rempli d’eau qui distillait de l’humidité. Il faut juste procéder à des tests avant de partir, savoir combien de temps le pot met à se vider complètement … ( un ami peut venir le remplir une fois par semaine et hop on peut partir 15 jours ; ) .

    Réponse
    • David REGNIER GARNELO

      Excellente idée cette clim interne pour les vers !
      En plus avec très peu de manip ! Je retiens l’idée !

  6. Avatar

    bonjour
    Je m’étonne du papier journal dans le composter à cause de l’encre

    Réponse
    • David REGNIER GARNELO

      Bonjour Pascal,
      Aujourd’hui, il n’y a plus d’encres « toxiques » utilisées dans l’impression des journaux (depuis de nombreuses années en fait).
      Donc aucun problème avec le papier journal !

      On me pose aussi souvent la question concernant le carton qui « contiendrait » des colles toxiques… :
      Les cartons qui potentiellement seraient toxiques (ils contiendraient en petites quantités certaines substances sont les cartons d’emballages imprimés (emballages de produit). Il ne s’agit pas de carton brun (type carton de déménagement, emballage…).
      Avec les encres en « forte » quantité (de manière toute relative) sur les cartons d’emballage, et les quelques substances contenues dans les colles…) ne sont pas du tout conseils pour le lombricomposteur.
      Par contre, les cartons bruns, qui sont recyclés mais contiennent moins de colles et autres substances, ne posent pas de problèmes.
      De plus, ces substances « toxiques » ne restent pas infiniment dans leur état et se dégradent au fil du temps.
      Il n’y a pas de transmission future par les plantes qui auraient poussé dans le lombricompost en question.
      Donc au final :
      Carton brun : ALLEZ-Y !
      Emballages cartonés : NON !

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Shares