Test et avis sur le pot de fleurs composteur des Transfarmers

par | 9 Nov 2020 | A la une, Matériel

Un pot imaginé pour nourrir vos plantes avec vos épluchures.
C’est le pot de fleurs composteur des Transfarmers, arrivé sur le marché en septembre 2020 !

Un pot de fleurs composteur ?!? Et pourquoi pas ?

Les Transfarmers nous ont envoyé leur modèle afin de le tester et vous le présenter. Le test est réalisé, nous avons eu le temps de nous faire un avis et maintenant, nous vous disons tout !

pot de fleurs composteur

Nous toucherons une petite commission si vous suivez les liens de cet article pour acheter chez notre partenaire.

La réception et l’installation du pot de fleurs composteur

La réception

Le pot de fleurs composteur est livré sur rendez-vous dans un carton qui le protège correctement lors du transport.
À l’ouverture, le lombricomposteur est intelligemment calé avec 2 plaques de carton épais. Je me demandais comment allait arriver le joli pot en terre cuite. Il est finalement très bien calé et protégé et on est vite rassuré à l’ouverture du colis.

Le carton d’emballage pourra être recyclé dans le composteur pour y apporter du carbone.

pot de fleurs composteur réception

À l’intérieur du carton, on retrouve :

liste des accessoires
  • le pot de fleurs composteur ;
  • la grille de séparation à intercaler entre les 2 parties du pot ;
  • 2 bouchons en liège munis d’un joint ;
  • un plateau de protection pour poser le pot de fleurs composteur ;
  • un guide d’utilisation ;
  • un petit cadeau des Transfarmers : un économe qui fera de belles épluchures pour les vers !

Le montage

Le montage du pot de fleurs composteur est très simple car il est composé de peu d’éléments.

Il faut positionner la grille entre la partie pot de fleurs et la partie composteur. Elle rentre dans son emplacement en forçant un peu.
Les trous de cette grille laisseront passer sans problème les vers d’un côté à l’autre tout en maintenant la terre dans le pot de fleurs.

Les bouchons sont pourvus d’un joint en caoutchouc qui épouse la forme des entrées en terre cuite. À ce stade, je suis déjà convaincu que le composteur est bien protégé des moucherons (si vous avez des soucis de moucherons, lisez cet article) !

Sur chacun des 2 bouchons de liège, il est indiqué où le placer : en haut de la cuve d’apport  et en bas pour fermer l’orifice de récolte.

La partie montage est très rapide et à la portée de tous, il n’y a même pas besoin d’outils !

L’installation

Avant de remplir le pot de fleurs composteur, il est préférable de lui trouver sa place. En effet, le pot vide pèse déjà une dizaine de kilos.
Gardez en tête que vous allez devoir le remplir de terreau, ajouter des plantes et une litière humide avec des vers. Il sera encore plus lourd une fois en activité.

Trouvez son emplacement et mettez-vous au travail !

Je vous conseille de le placer à proximité de la cuisine pour faciliter l’évacuation des épluchures et autres restes.

Préférez un endroit propice aux plantes (plus ou moins de lumière, espace, etc).

Veillez encore à ce qu’il n’encombre pas un passage, ou qu’il ne subisse des chocs qui risqueraient de le fragiliser.

Chez moi, il a trouvé sa place entre mon bureau et la cuisine, à côté du frigo.

Pour le remplissage de la partie pot de fleurs, prévoyez 20 litres de terreau. En effet, le pot est de grande capacité. Même de grandes plantes pourront donc y être installées.

placé à côté du bureau

Découvrez le concept de ce pot de fleurs composteur sur le site des Transfarmers !

La mise en route

Le remplissage du pot de fleurs

Le choix des plantes

Donnez libre cours à votre imagination !

Le guide fournit quelques exemples, mais à vous d’adapter selon vos envies.
De mon côté, j’ai d’abord choisi des plantes un peu au hasard,  puis j’ai ajouté un bon vieux spathiphyllum qui se plaira à coup sûr et poussera rapidement.

L’avenir nous dira comment les autres plantes s’adapteront…

N’oubliez pas d’arroser la plante lorsque vous l’installez afin que le terreau puisse “coller” à la motte et aux racines. Par la suite, les arrosages sont moins fréquents. Une fois bien démarré, l’humidité apportée par les déchets frais se diffuse en partie dans la partie pot de fleurs. Les plantes bénéficient donc de cet apport “constant”.

L’emménagement des vers

J’ai assuré le démarrage en ajoutant une grande quantité de litière avec des vers. J’en ai mis environ 8-10 litres prélevée dans les différents plateaux d’un autre lombricomposteur fonctionnant très bien.

J’ai ajouté quelques déchets, mais pas trop, un peu de carton, de la poudre de coquilles d’œufs, j’ai refermé et c’était parti !

J’avoue ne pas avoir pris de risques avec la dose de litière et de vers. J’espère ainsi accélérer la période de test pour récolter du lombricompost assez rapidement. 
Avec moins de litière et de vers, il faudra veiller à modérer les apports de nourriture au départ.

Même avec une grande quantité de litière, il reste beaucoup de place dans la “cuve d’apport”. 

Je conseille donc de ne pas hésiter à faire une litière très volumineuse (avec du carton, terreau) et bien humide pour accueillir vos vers dans les meilleures conditions. La terre cuite du pot va absorber une partie de l’humidité : il faudra bien surveiller que la litière ne s’assèche pas trop les premières semaines.

Le pot de fleurs s’intègre très bien à côté du bureau, contre le frigo.
Il s’agit réellement d’un pot de fleur qui embellira tous les intérieurs.

en place à côté du frigo

Le montage, le remplissage, l’installation des plantes et des vers sont vraiment simples.
Le poids de l’ensemble nécessite de réfléchir à l’emplacement final avant de le mettre en place.

Les Transfarmers proposent aussi l’achat de vers avec le pot de fleurs composteur. Sinon, utilisez simplement Plus 2 Vers !

Les gestes quotidiens

La capacité du lombricomposteur est adaptée à une famille classique ! 🙂

Mais qu’est-ce qu’une famille classique ? Pour un lombricomposteur, cela dépend surtout de la quantité de déchets végétaux produits par la famille, donc du type de consommation.

Nous sommes 4 dans le foyer et nos légumes proviennent d’un producteur local (AMAP), ce qui signifie une quantité importante de fanes, d’épluchures qui nourrissent les vers.

Pour le test, le pot de fleurs composteur ne reçoit qu’une partie de nos déchets (le reste allant nourrir un autre lombricomposteur). Les apports correspondent ainsi à une famille plus classique (3 personnes, moins de déchets).

Les constats suivants sont réalisés après plusieurs mois d’utilisation normale.

L’ajout de déchets

ajout de melon

J’ai l’habitude depuis des années d’utiliser un lombricomposteur à plateau, avec lequel on soulève un grand couvercle pour étaler les déchets sur une large surface. Ici, l’entrée de la cuve d’apport m’a d’abord semblé toute petite. Mais j’ai rapidement compris que j’avais une vision faussée par mes habitudes bien ancrées.

J’ai demandé à différentes personnes n’y connaissant rien de vider une assiette d’épluchures, ou de jeter un trognon de pomme… et tout se passe très bien. En effet, après quelques semaines d’utilisation, on se rend compte qu’on ajoute les déchets facilement et sans en mettre partout.

Il suffit de ne pas vouloir mettre une grosse quantité de déchets d’un seul coup car ce n’est pas évident. Il est par conséquent plus facile d’ajouter les déchets au fur et à mesure plutôt que de les stocker dans une boite.

ajout de pastèque

Placé dans la cuisine, le pot de fleurs lombricomposteur devient encore plus pratique pour se débarrasser de ses épluchures !

Par expérience, je préfère le remplir tranquillement.
Avec des apports limités, le niveau de la litière ne monte que doucement, ce qui est logique vu que la décomposition réduit le volume et qu’il y a un transfert théorique vers la partie pot de fleurs.
Avec une série d’apports plus volumineux, le niveau monte très vite, signe qu’on met trop de déchets qui n’auront pas le temps d’être décomposés normalement. C’est là qu’il y a un risque de fermentation comme avec n’importe quel modèle.

Donc faites toujours attention à respecter le rythme de votre écosystème en régulant les apports ou en faisant des pauses après des apports importants.

La récolte du lombricompost

Le principe de ce modèle est basé sur l’échange de nutriments entre le lombricomposteur et les plantes.

Ici le lombricompost profite directement aux plantes. Il y a donc moins de lombricompost à récolter que sur les modèles classiques à plateaux.

La trappe de récolte nous dévoile directement l’intérieur. La litière et le lombricompost ne tombent pas quand on l’ouvre. On peut voir directement les vers en train de travailler à ce niveau.
Quand le contenu derrière la trappe de récolte est uniforme, le lombricompost est prêt à être récolté.

La récolte se fait en prélevant le lombricompost au fond de la cuve d’apport via la trappe de récolte. Comme il n’y a pas de séparation entre les niveaux de déchets, il faut récupérer le lombricompost dans le fond de la cuve à l’aide d’une cuillère ou d’un petit outil.

Il faudra un certain temps avant de pouvoir faire la première récolte.

On commence par protéger le sol des saletés éventuelles.

En laissant ouvert quelques minutes, les vers vont partir de l’espace accessible. Cela fonctionne mieux au soleil.

protection du sol

On prélève un peu du lombricompost mûr et on attend encore quelques minutes que les vers visibles se cachent.

La litière (avec les vers, les déchets…) tient assez bien en suspension le temps de la récolte. Cela permet d’accéder au fond de la cuve pour récolter le lombricompost.

Récolte en cours

La gestion du lombricomposteur

Pour que le lombricompostage se passe correctement, il faut  toujours respecter les principes de base  :

  • gérer l’acidification en ajoutant régulièrement de la poudre de coquille d’œufs ;
  • ajouter du carton pour apporter du carbone (équilibrer le rapport C/N) ;
  • éviter de soumettre le lombricomposteur à des températures extrêmes.

Consultez cet article si vous avez besoin d’un rappel.

Les bouchons en liège avec leur joint en caoutchouc sont efficaces et ne laissent vraiment rien passer (je les ai eu à l’œil les premières semaines). Pas d’odeur, pas de bestioles qui viennent vous tenir compagnie.

Bouchon fermé

Il faudra veiller à ne pas faire d’apports trop importants. L’espace de travail des vers est plus petit que les lombricomposteurs à plateaux dans lesquels on peut aisément répartir les apports sur toute la surface.

Il est également important de mettre des morceaux de cartons épais qui favorisent l’aération et la structuration du lombricompost, mais ce conseil est valable pour tous les lombricomposteurs.

Enfin, je conseille d’ouvrir de temps en temps la trappe de récolte afin de vérifier l’état de la décomposition et de s’assurer que tout va bien (odeur, humidité…).

lombricompost prêt à être récolté

On a même testé les vacances et la canicule !

Le lombricomposteur a vécu 15 jours d’absence et rien n’a été à déplorer à notre retour, alors qu’il a fait très chaud pendant cette période (mais le pot de fleur composteur n’était pas en plein soleil). 

Pendant la période très chaude, j’ai vérifié comment le système se comportait : j’ai eu l’impression que les vers étaient super bien au frais dans le composteur en terre cuite. Pas de signe de stress des vers à l’intérieur.

Pour en savoir plus sur l’histoire et l’engagement des Transfarmers, cliquez ici !

L’évolution du pot de fleurs composteur

Les changements de couleurs

Comme annoncé dans le guide fournit, la terre cuite va “vivre” avec l’humidité, la température… et ses couleurs peuvent évoluer.

C’est le concept de Wabi Sabi, qui nous fait porter un nouveau regard sur les imperfections liées au temps.

La couleur du pot de fleurs composteur évolue un peu avec le temps. On remarque après quelques semaines d’utilisation l’apparition de taches blanches et sombres.
Les taches blanches sont dues à la cristallisation des minéraux présents dans la terre du pot et s’enlèvent facilement à l’eau (+ vinaigre si besoin).
Les taches sombres sont la marque que le pot en terre cuite vit. Il change de couleur en fonction de l’humidité… C’est presque un caméléon !

Après 2 mois :

apparition de taches

Après 4 mois :

les taches

Comment vont les plantes ?

Les premières plantes mises en place sont toujours vivantes ! Mais je me suis vite rendu compte qu’elles n’étaient pas faites pour pousser rapidement et rester jolies très longtemps. 

J’ai donc ajouté un spathiphyllum qui aime la terre riche, ne demande pas beaucoup d’entretien et pousse facilement chez moi.

Le spathiphyllum est très en forme et a rapidement profité de son nouvel emplacement. Ce qui est pratique avec lui, c’est que l’on voit lorsqu’il a soif. Et il a l’air de profiter de l’humidité du système car il demande moins d’arrosage que son semblable dans un simple pot.

On verra bien comment se développe cette petite forêt.

Les plantes du pot de fleurs composteur nécessitent clairement moins d’arrosage que d’autres dans des pots de fleurs classiques.

Le pot de fleurs composteur serait-il une solution pour ceux qui n’ont pas la main verte ?

plante dans le pot

Le spathiphyllum, 2 mois après sa mise en place.
L’une des deux broméliacées n’est pas encore morte et la fougère réapparait (pas visible sur l’image) !

La cohabitation avec le pot de fleurs composteur

Cela fait plusieurs mois qu’il est installé à côté du bureau et je passe donc beaucoup de temps avec lui.

Rien à redire, tout se passe bien ! Les vers ne sont pas bruyants et même toujours prêts à m’écouter si besoin. Des collègues parfaits ! 

Ce nouveau pot de fleur ne se remarque pas plus que ça, il s’intègre aussi bien qu’un pot de fleurs classique.

Mes impressions

Le pot de fleurs composteur trouve facilement sa place dans tous les intérieurs.

En plus, il est personnalisable avec un choix de plantes infini !

Sa capacité est suffisante pour la plupart des familles.

Les plantes tirent profit du lombricompost et il en reste pour d’autres plantes.

Je l’imagine très bien chez des personnes qui n’aiment pas les lombricomposteurs en plastique ou qui veulent de la discrétion, ou encore dans des bureaux à côté de “l’espace cafeteria”…

Un modèle fabriqué de manière respectueuse de l’environnement, qui j’en suis sûr, rencontrera le succès qu’il mérite.

Nous toucherons une petite commission si vous suivez les liens de cet article pour acheter chez notre partenaire.

Remerciements

Cet article est paru grâce à la communauté des relecteurs de Plus 2 Vers !

Un grand merci à Christine, Valériane, Marc, Bernadette, Hélène, Fabienne, Vincent pour la relecture et les conseils sur la rédaction de l’article.

Le travail collectif sur cet article a été très efficace ! La conséquence : ça nous motive à vous en proposer plus !

Si vous souhaitez aider Plus 2 Vers en nous accordant un peu de votre temps ou de vos compétences, rejoignez la communauté des contributeurs ! Tout est expliqué dans cet article.

Abonnez-vous !

Pour connaitre l'actualité et recevoir les conseils saisonniers au bon moment.

6 Commentaires

  1. Avatar

    Bonjour,

    Est-il possible d’acheter ce lombricompost pour une seule personne ?

    Cordialement.

    Réponse
    • David Régnier Garnelo

      Bonjour, oui ce lombricomposteur peut s’adapter à la production de déchets d’une seule personne. Le niveau de litière a l’intérieur risque de ne pas monter tes haut ce qui rendra les récoltes beaucoup moins fréquente.

  2. Martine B.

    Bonjour,

    J’ai une question technique : le lixiviat qui est récolté dans la cuve d’un lombricomposteur comme Ecoworms constitue un engrais et à ce titre il faut le diluer à 10%.

    Comment se fait-il que l’eau des déchets verts décomposés dans ce pot en terre, équivalente en principe au lixiviat, soit directement assimilable par les plantes ?

    Merci de votre éclairage.
    Cordialement

    Réponse
    • David Régnier Garnelo

      Bonjour Martine,
      Votre question est très pertinente.
      En fait, les plantes vont profiter de l’humidité ambiante de le terre du pot de fleurs. Les racines ne sont pas dans le lombricompost.
      Le lixiviat des lombricomposteurs en plastique provient de l’excès d’humidité qui percole à travers le lombricompost et se charge en éléments nutritifs.
      Ici, pas d’excès d’humidité car une partie passe dans la terre du pot de fleurs, donc pas de percolation donc pas de thé de vers.

  3. Avatar

    Je désire acheter le composteur , mais comment recevoir des verts.

    Réponse
    • David Régnier Garnelo

      Bonjour,
      Pour trouver des vers, soit vous utilisez la carte de Plus 2 Vers pour trouver un donateur, soit vous les achetez directement avec le pot de fleurs composteur (proposé en pack).

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Shares

Partagez l’article !